Si n’est pas fun

dimanche 6 septembre 2009

Dommage, cette semaine à caractère cinématographique finit mal…
Pourtant ça partait bien, avec un bon visionnage d’Inglourious Basterds, le dernier Tarantino durant la semaine, un bon film dans la veine de ce que sait faire le réalisateur américain.
Histoire de continuer sur une bonne lancée, c’est avec un sympathique Der Knochenmann (Bienvenue à Cadavres-Les-Bains en VF) de Wolfgang Murnberger hier soir : un film qui se traine un peu en longueur mais qui sait bien profiter de l’humour à froid

Et là, aujourd’hui, pour gâcher tout ça, on apprend la mort de Sim… bon d’accord s’il n’avait pas sorti un livre dernièrement ( et accessoirement participé à Astérix aux Jeux Olympiques), on aurait continué à croire qu’il était déjà mort de puis longtemps, mais ça fait quand même quelquechose !
Ca mérite bien de revoir Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais… elle cause !, pour ne pas oublier les dangers de la baie du Mont Saint Michel…


Tags : , , , , , , ,

Cent pour sang

mardi 9 octobre 2007

Le mois dernier sortait le numéro 200 du magazine Mad-Movies, et à l’occasion de ce numéro anniversaire, la rédaction actuelle a décidé de proposer à ses lecteurs son Top 100 des films fantastiques.
Et tant qu’à faire autant en faire profiter tout le monde.
Evidemment, tout le monde aura la même réaction devant cette liste, entre les « ah mais pourquoi avoir mis ce film ? » et les « mais pourquoi celui-là n’y est pas ?« , on aura tous à redire à propos de cette sélection, mais voila, c’est la leur…

28 jours plus tard de Danny Boyle
Anatomie de Stefan Ruzowitzky
Arrivederci Amore, Ciao de Michelle Soavi
Audition de Takashi Miike
Avalon de Mamoru Oshii
Batman Begins de Christopher Nolan
Battle Royale de Kinji Fukasaku
Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol
Blade II de Guillermo del Toro
Bruiser de George Romero
Bubba Ho-Tep de Don Coscarelli
Cabin Fever d’Eli Roth
Crash de David Cronenberg
Dark City d’Alex Proyas
Dark Water de Hideo Nakata
Destination Finale (trilogie) de James Wong et David R.Ellis
Donnie Darko de Richard Kelly
Emprise de Bill Paxton
Event Horizon de Paul W.S. Anderson
Fantômes contre Fantômes de Peter Jackson
From Hell d’Albert et Hallen Hughes
Ginger Snaps de John Fawcett
Gemini de Shinya Tsukamoto
Godzilla : Final Wars de Ryuhei Kitamura
Haute Tension d’Alexandre Aja
Halloween : 20 ans après de Steve Minner
Hannibal de Ridley Scott
Hellboy de Guillermo del Toro
Highwaymen, la poursuite infernale de Robert Harmon
Hostel d’Eli Roth
Hypnose de David Koepp
Incassable de M. Night Shyamalan
Innocence – Ghost in the Shell 2 de Mamoru Oshii
Jason X de James Isaac
Jeepers Creepers de Victor Salva
Kill Bill de Quentin Tarantino
King Kong de Peter Jackson
King of the Ants de Stuart Gordon
L’armée des morts de Zack Snyder
L’échine du diable de Guillermo del Toro
La colline a des yeux d’Alexandre Aja
La fiancée de Chucky de Ronny Yu
La guerre des Mondes de Steven Spielberg
La légende de Zu de Tsui Hark
La maison de cire de Jaume Collet-Serra
La maison des 1000 morts de Rob Zombie
La secte sans nom de Jaume Balaguero
Land of the Dead de George Romero
Le 13ème Guerrier de John McTiernan
Le couvent de Mike Mendez
Le masque de cire de Sergio Stivaletti
Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
Le projet Blair Witch de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez
Le Seigneur des Anneaux (trilogie) de Peter Jackson
Le syndrome de Stendhal de Dario Argento
Les chroniques de Riddick de David Twohy
Les Fils de l’Homme d’Alfonso Cuaron
Los Angeles 2013 de John Carpenter
Lost Highway de David Lynch
Maléfique d’Eric Valette
Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel
Matrix d’Andy et Larry Wachowski
May de Lucky McKee
Memories of Murder de Bong Joon-Ho
Mes chers voisins d’Alex de la Iglesia
Minority Report de Steven Spielberg
Monster Man de Michael Davis
Mulholland Drive de David Lynch
Old Boy de Park Chan-Wook
Planète Hurlante de Christian Dugay
Perfect Blue de Satoshi Kon
Peur Bleue de Renny Harlin
Postman de Kevin Costner
Replicant de Ringo Lam
Ring de Hideo Nakata
Rollerball de John McTiernan
Saw de James Wan
Scream de Wes Craven
Shaun of the Dead d’Edgar Wright
Silent Hill de Christophe Gans
Sixième Sens de M. Night Shyamalan
Sleepy Hollow de Tim Burton
Spider-Man de Sam Raimi
Starship Troopers de Paul Verhoven
Terror Toons de Joe Castro
The Cell de Tarsem Singh
The Descent de Neil Marshall
The Devil’s Rejects de Rob Zombie
The Faculty de Robert Rodriguez
The Fountain de Darren Aronofsky
The Host de Bong Joon-Ho
The Machinist de Brad Anderson
Une nuit en enfer de Robert Rodriguez
Urban Legend de Jamie Blanks
Van Helsing de Stephen Sommers
Volte/Face de John Woo
Vorace d’Antonia Bird
Willard de Glen Morgan

Bon, je dois bien avouer que je ne les ai pas tous vu, il m’en reste encore certains à découvrir….

Il serait surtout intéressant de comparer ce top 100 avec celui qui avait été fait pas l’équipe de rédaction à l’époque du numéro 100 et de voir l’évolution : en tout cas une chose est certaine, il n’y pas aucun film du Studio Ghibli dans cette liste


Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Zombies à la sauce barbecue

mercredi 29 août 2007

Grindhouse : Planet Terror | Un film de Robert RodriguezLa soirée prévue lundi soir ayant été repoussée, j’en ai profité pour aller trainer dans un cinéma pour me faire la joie de voir la deuxième partie du dernier concept de Quentin Tarantino, à savoir Grindhouse : Terror Planet ( ou Planète Terreur – Un film Grindhouse en VF), la partie réalisé par Robert Rodriguez.
Mais qu’est ce ?

Dans une petite ville, William et Dakota Block, un couple de médecins, constatent que leurs patients sont soudain frappés par la gangrène et affectés par un regard vide et inquiétant…
De son côté, Cherry, go-go danseuse, s’est fait arracher la jambe lors d’une attaque. Wray, son ex-petit copain, veille sur elle. Mais Cherry a beau être au plus mal, elle n’a pas dit son dernier mot.
Tandis que les malades se multiplient et deviennent des agresseurs enragés, Cherry et Wray prennent la tête d’une armée destinée à empêcher l’épidémie de se propager. Si des millions d’individus sont contaminés et beaucoup succombent, une poignée d’entre eux se battront
jusqu’au bout pour se réfugier dans un lieu sûr..

Après le très Tarantinesque Death Proof vu il y quelques semaines, il était temps de profiter de la sortie de la seconde partie de ce concept hommage au film de genre, un film mis en scène par Robert Rodriguez et reprenant l’idée des films d’actions et de zombies des années 70.
Après une merveilleuse bande annonce réalisée par Rodriguez pour Machete, le plus puissant des tueurs à gage mexicain qui donne foutrement envie qu’un véritable film en soit tiré :
– Please Father, Have Mercy
– God has Mercy, I haven’t.

Après cette mise en bouche des plus prenante, on entre enfin dans le vif du sujet avec le démarrage de Grindhouse : Terror Planet sur une scène de go-go dancing par Rose McGowan… y’a pire (entre Death Proof et Grindhouse : Terror Planet, elle aura dansé cet été… et rapidement ensuite le film prend ses marques et sa direction : c’est à dire si ça devient un gros bordel jouissif.
Autant ne pas y aller pour chercher du scénario, dans ce cas là ce serait peine perdu, mais pour y trouver des répliques d’anthologies, des scènes de pur délire, de l’hommage à foison et surtout du kitsch assumé il n’y a rien de mieux.
D’ailleurs, si la technologie du film n’était pas tant ancrée en ce début de XXIème siècle, plus d’une fois j’aurais pu me laisser porter et finir par coire que je me trouvais vraiment devant un film de genre des années 70.

Je vais faire court, pas besoin de plus s’étendre, Grindhouse : Terror Planet réussit le pari d’être un film au scénario, à la crédibilité et à la cohérence quasi-nuls (d’ailleurs le coup de la bobine manquante au cours du film, sans que ça gène accrédite bien cet état de fait) mais qui est véritablement prenant, excitant, motivant et amusant.
On sent pleinement l’hommage aux films de genre de série B des années 70… Sur le coup Robert Rodriguez est tellement décomplexé que j’ai cru qu’il était de l’UMP, d’ailleurs !

Et pour finir, pour que toi aussi ami lecteur tu puisses te faire une idée de ce qu’est ce film, en voici un trailer :


Tags : , , , , , , ,

Boulevard of the broken cars

samedi 7 juillet 2007

Grindhouse : Deat Proof | Un film de Quentin TarantinoVu qu’il me reste encore une bonne série de film en retard, tant qu’à faire le plus simple était de commencer par le plus ancien sur ma liste et qui faisait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2007, à savoir la première partie du nouveau concept de Quentin Tarantino, autrement appelé GrindHouse : Death Proof (ou Le Boulevard de la mort : un film GrindHouse en VF).
Une fois encore Quentin Tarantino nous fait profiter, au travers de ses films, de ses influences et de son amour du cinéma.

C’est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d’Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l’attention dont ces trois jeunes femmes sont l’objet n’est pas forcément innocente.
C’est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menaçant…

Fidèle à ses habitudes, le réalisateur de Knoxville revient à nouveau avec un film hommage au cinéma de genre, poussant le concept plus loin, il prend pour base cette fois-ci la philosophie du GrindHouse qui consistait à diffuser deux films de série B, voir Z, entrecoupés de bandes annonces durant pour une soirée de cinéma à tarif réduit : ici, pour les 2 films, l’un est l’oeuvre de Tarantino et l’autre l’oeuvre de Robert Rodriguez.
Malheureusement, suite aux mauvais résultats de GrindHouse aux Etats-Unis, les films seront présentés de manières séparés pour leur diffusion française.
Plongeant avec bonheur dans l’hommage aux films d’exploitation, Tarantino utilise une fois de plus sa recette : une réalisation punchy et classique, de la violence, des plans très bien pensés et percutant mais laisse de côté son habitude de réalisation non-linéaire…
Tarantino nous offre un film qui permet de retrouver un Kurt Russell redevenu extrêmement charismatique (au point qu’il en ferait presque oublier Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, c’est pas peu dire…, mais aussi une série de filles munies, il faut bien l’avouer de très belles jambes et fesses ( vu le nombre de plan, sur ces parties des actrices, il faut bien en parler !), mais pour un film qui sent le girlploitation à plein nez, quoi de plus normal ?
Une fois de plus, non content de jouer la fibre de l’hommage direct à une catégorie de film, Death Proof contient aussi énormément de références, aussi bien aux classique du cinéma qu’ aux précédentes réalisation du sieur Tarantino : le jeu est d’ailleurs même de rechercher toutes les auto-références qui se glissent au sein de ce film (la plus évidente, étant l’utilisation de la l’intro de Twisted Nerve comme sonnerie de portable pour l’une des héroïnes, mais aussi la référence au Big Kahuna Burger ou même le Pussy Wagon sur la mustang.)

Death Proof est sans conteste un film de Quentin Tarantino, on y retrouve ce qui a fait la succès du réalisateur, on y retrouve ses forces, ses faiblesses, mais aussi les plans qui font le bonheur des spectateurs : et la scène de poursuite automobile de près de 20 minutes en est l’exemple flagrant… un véritable réussite de plans de réalisation !

Et maintenant, il ne reste plus qu’à attendre le 14 août pour profiter de la sortie du deuxième film : Terror Planet, pour espérer avoir une véritable diffusion du concept GrindHouse dans un cinéma.


Tags : , , , , , , , ,