L’age de plage

dimanche 16 août 2009

Il y a déjà  quelques jours de ça, profitant de ces semaines d’août où la vie parisienne se met à singer la province, tout en calme et décontraction (sans parler des facilités de circulation…, nous sommes enfin allé voir le nouvel opus de Ice Age (L’Age de Glace en VF) en petit groupe sympathique forcément sympathique.
Cet épisode, sobrement appelé Ice Age: Dawn of the Dinosaurs reste dans la tradition des autres : beaucoup de bons sentiments, mais sans temps morts, sans trop laisser le temps de s’ennuyer…
On retrouve les personnages classiques de la saga, avec d’une part un petit changement : la présence plus importante de Scrat et surtout pour la première fois une interaction entre Scrat et d’autres personnages de l’histoire….
D’autre part (et surtout), l’arrivée d’un nouveau personnage sous les traits de Buck la Belette, un personnage ayant la voix de Simon Pegg (en VO), ce qui est forcément un gage de qualité, d’autant plus si l’on considère le travail de réalisation permettant d’appréhender différemment ce nouveau venu.

Après ce bon moment de détente cinématographie, l’instant crucial était alors arrivé, il fallait se décider pour un lieu de restauration, l’heure du dîner étant arrivée sournoisement pendant que nous regardions des représentations d’animaux préhistoriques en 3D…. Dans le coin de Châtelet, un endroit à fini par s’imposer à nous : retourner à la Taverne de l’Arbre Sec, un restaurant qui nous aura accueilli tous les mois après les spectacles des Impromptus de la Joute.
Il faut le dire, l’accueil y est toujours aussi sympathique et chaleureux, le sourire de la serveuse y est certainement pour beaucoup, mais il n’y a pas que ça, l’ambiance y est tout simplement bonne. Mais surtout, eh oui, c’est quand même ça qui nous intéresse, la carte elle aussi y est bonne : que ce soit du côté des salades ou des pièces de viandes, les plats sont bons et de bonnes qualité. Une adresse à recommander, donc !

Le mois d’août à Paris est aussi l’occasion d’aller se balader le long des berges de la Seine ou du Canal de l’Ourcq pour profiter des manifestations de Paris Plage, et ce samedi c’est du côté des Quai de Seine et de Quai de Loire que nos pas nous ont porté pour profiter de l’ambiance et surtout pour que je continuer à m’amuser avec mon appareil photo…..
En tout cas, moi, ça me fait plaisir, c’est toujours ça !

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

Paris Plage 2009

La Taverne de l’Arbre Sec
109 Rue Saint-honore
75001 PARIS
08 99 78 71 11


Tags : , , , , , , , , ,

On ze départ…

vendredi 27 juillet 2007

On ze départ…


Tags : , ,

Fuzz it up

dimanche 22 juillet 2007

Hot Fuzz | Un film d'Edgar WrightToujours en congés, toujours possesseur d’une carte illimitée : il serait idiot de ma part de ne pas en profiter pour assouvir ma soif de nouveauté cinématographique. Et là, tant qu’à faire, voir le que la nouvelle réalisation des créateurs de Shaun of the Dead arrivait sur les écrans était en soit une bonne invitation à aller voir cette nouvelle oeuvre d’Edgar Wright, Simon Pegg et Mike Frost, à savoir Hot Fuzz !
Un film attendu depuis des mois par le bon geek que je suis, et qui ne pouvait s’empêcher de courir au cinéma dès la sortie du-dit film !

A Londres, le policier Nicholas Angel est le meilleur de son équipe. Tellement bon qu’il fait passer ses collègues pour de simples gardiens de la paix. Le chef de la brigade décide donc de le « promouvoir » dans le petit village de Sandford, où il ne se passe rien. Aux côtés du policier local Danny Butterman qui rêve de devenir Mel Gibson, Nicholas règle quelques contraventions sans grand intérêt. Une série de crimes étranges va le remettre dans l’action…

Après avoir plus rendu un véritable hommage qu’avoir fait un détournement parodique du film de zombis il y a quelques années avec Shaun of the Dead, l’équipe de geek anglais à l’origine du projet a repris les chemins des studios pour nous livrer une lecture toute personnelle d’un autre style cinématographique, et sur le coup c’est du côté des actionners classiques que s’est porté leur nouveau projet.
Le genre a été absorbé, étudié, digéré par les créateurs de Spaced, en puisant directement dans les oeuvres majeures, telles que les 2 films présentés dans Hot Fuzz, à savoir Bad Boys 2 et Point Break, d’autant plus intéressant que ces deux films sont considérés comme des films d’actions bas de plafond, mettant tout dans le style et les effets spéciaux plutôt que dans l’histoire, et c’est quasiment le cas de toute une moitié du film, ici !
Hot Fuzz commence tranquillement dans un style purement anglais, à l’humour plus ou moins subtil mais peuplé de décalage constant, et le tout avec une succession de meurtres, démarrant dans l’évocation sobre et se terminant dans le gore le plus direct !
Fort classiquement, après un début calme, voyant le « héros » contraint à ronger son frein, à être incompris de ses collègues et à priori de sa hiérarchie, Hot Fuzz bascule ensuite dans l’action pure sans restriction, démarrant d’ailleurs de manière forte par un beau coup de pied sauté de Nicholas Angel dans le nez d’une vieille et réveillant du même coup le film !
Sortant du cadre classique à la l’Arme Fatale où le personnage principal est un anti-conformiste incompris secondé par un maniaque du règlement, Hot Fuzz présente un policier modèle secondé d’un fan de film d’action qui évoluera pour devenir l’archétype du héros de film d’action !

Non dénué de quelques défauts, Hot Fuzz le nouveau film d’Edgar Wright, Mike Frost et Simon Pegg plonge dans le bain d’une longue série de références cinématographiques pour donner une comédie basés sur les films d’actions très réussie.
Décidément, cette bande de geek anglaise est vraiment très douée !
Pour ceux qui veulent essayer de s’amuser à découvrir une série des références présentes dans le film, je leur conseille la page Le Village de Sandford du site officiel pour jouer à trouver le noms des films !

Après avoir vu Shaun of the Dead il y 2 ans et Hot Fuzz vendredi, j’ai craqué : je n’ai pas pu résister et je viens de commander le Coffret Collector Spaced comprenant les 2 saisons de cette série déjantée.


Tags : , , , , , ,

Living dead roast

vendredi 5 août 2005

Après une tentative avortée en début de semaine suivie d’un voyage dans la Sarthe, j’ai enfin pu prendre le temps de me rendre au cinéma pour voir la comédie de l’été, voir de l’année (en France, tout du moins), et que j’attendais sur nos écrans depuis les premières images vues lors de la sortie Anglaise il y a 2 ans.
Eh oui, il s’agit bien du film que le marketing qualifie de « Comédie romantique avec des zombies », à savoir Shaun of the dead.
Film longtemps attendu, les brillants distributeurs français n’ayant pas juger bon de sortir ce film auparavant (parque qu’ils ne savaient pas le classer ? Parce que le gore ne les intéressaient pas… ?? hmmm, que de questions dont finalement tout le monde se fout, y compris moi, tu l’auras compris cher ami lecteur).
Petite ironie de programmation, mais juste avant le film, durant les B.A. nous avons eu droit à celle de « Land of the dead » de Romero, LE pape du genre !
Mais trève de bvardage et exposons le sujet de ce film ar ce petit pitch opportun et bien senti :

À presque 30 ans, Shaun ne fait pas grand-chose de sa vie. Entre l’appart qu’il partage avec ses potes et le temps qu’il passe avec eux au pub, Liz, sa petite amie, n’a pas beaucoup de place. Elle qui voudrait que Shaun s’engage, ne supporte plus de le voir traîner. Excédée par ses vaines promesses et son incapacité à se consacrer un peu à leur couple, Liz décide de rompre. Shaun est décidé à tout réparer, et tant pis si les zombies déferlent sur Londres, tant pis si la ville devient un véritable enfer. Retranché dans son pub préféré, le temps est venu pour lui de montrer enfin de quoi il est capable…

Première et primordiale chose à avoir en tête, il faut faire très attention, mais il ne s’agit aucunement ici d’une parodie, c’est un véritable film de zombies, mais matiné de comédie romantique anglaise de facture tout à fait classique (même si elle est moins mièvre qu’une comédie à la Hugh Grant).
Le film commence d’ailleurs par la partie comédie anglaise, avec la mise à mal « classique » du héros, confronté à ses erreurs, ses échecs et se retrouvant seul, quitté par sa copine. Remarquant à peine l’évolutions du monde autour de lui. A ce stade du film, nous somme plutôt confronté à une comédie sociale traitant du geek trentenaire, mais geek anglais qui plus est : partageant sa vie entre ses potes, ses vannes, sa console et le pub (En même temps, pour un anglais, ce serait un sacrilège de ne pas profiter du pub régulièrement).
Voila donc notre « héros » qui se retrouve face à ses problèmes (amis, ex-copine, beau-père,… qu’il lui faut régler, pour passer son cap initiatique dans sa vie « adulte », mais une embuche de taille va alors apparaître rendant tout de suite le sujet un poil plus passionnant.
En effet tout geek qu’il est, il faudra longtemps à Shaun pour comprendre ce qui se passe et que sa banlieue se transforme petit à petit en Zombieland. Là, le film prend son sens, car le partie « survival » qui démarre ici, n’est en rien « collée », l’intégration est parfaite et assumée.
Comme je le disais un peu plus haut (suffit de lever un petit peu les yeux pour s’en rendre compte), il ne s’agit pas d’une parodie, le côté zombie et parfaitement assumé, gore à souhait, ne prête pas plus à rire qu’un bon Romero, même si autour on baigne toujours dans une comédie bien huilé, recellant de multiples idées finement vu (rhaaa, le bonheur de la baston sur « Don’t stop me now » de Queen). Un bon mélange de vrai gore et d’humour comme seuls les anglais savent le faire : c’en est presque du non-sens à la Monty Python !!

En conclusion, Shaun of the dead, est certainement l’un des meilleurs films de zombies des dernières années (d’ailleurs à ce propos, je compte aller voir le Land of the dead de Romero pour voir ce qu’arrive à nous faire ce bon vieux George), mélangeant habillement les genres pour obtenir au final une des meilleures comédie de l’année. Moi y’en a avoir aimé, moi y’en a conseiller visionnage du film à toi, ô grand et beau lecteur !


Tags : , , , , , , , ,