Back, back again… and you two ?

lundi 20 juillet 2009

Depuis mon dernier billet, j’ai eu pu aller voir le concert de Nine Inch Nails qui était prévu : un concert bien prenant, qui méritait d’être vu, même si, pour moi, certain titres manquaient à l’appel pour que mon bonheur soit complet… toujours est-il que ce concert m’a permis de passer un bon moment de musique et qui plus est en compagnie des amis Olivier et Thibaut, ça ne se refuse quand même pas !

Une fois le concert a peu près digéré, il fallait bien reprendre le chemin du travail et des déplacements et partir un peu sur Lyon, ma zone de prédilection pour ceux qui ne l’auraient pas encore remarqué : sur ces 2 jours passés à dans la capitale des Gaules, ce n’est pas tant les journées passées à travailler qui importaient que la soirée qui s’est déroulée en compagnie de quelques collègues, se passant de bars en boite de nuit via d’autres bars… j’avoue que je ne le referai pas trop souvent, mais une fois de temps en temps, reprendre un rythme que j’avais perdu révèle un petit charme qui fait du bien… même s’il me faut du temps pour m’en remettre !

Et du temps pour m’en remettre, j’en ai eu dès le week-end suivant, en partant faire un petit tour en Lorraine : l’occasion de passer des nuits calmes et reposantes, de faire un peu de tennis et d’en profiter pour y ajouter une petite visite au Luxembourg : il est toujours important de voir le Luxembourg (quoi, ça sent que je suis ironique ?)… en tout cas, ça permet de prendre quelques photos….

Luxembourg en Juillet

Luxembourg en Juillet

Luxembourg en Juillet

Luxembourg en Juillet

Luxembourg en Juillet

Luxembourg en Juillet

Mais soyons franc, le plus impressionnant lors de cette visite, n’était en rien ni la ville la population, mais plutôt le texto reçu pendant que j’arpentais les rues de cette capitale européenne :

Si jamais tu es dispo, j’ai une place pour venir au concert de U2 à Nice avec moi le 15. Je t’offre la place et tu restes dormir avec moi chez Max

Le temps de me décider comment prendre mes dispositions pour me rendre disponible et il ne me restait plus qu’à trouver un vol pour descendre sur la Côte d’Azur.
Tant qu’à faire, autant en profiter, et c’est ce que j’ai fait en prolongeant mon voyage jusqu’au vendredi, me permettant de profiter aussi bien du concert que de la villa avec piscine où je logeais.

C’est certain, il y a des occasion que ne se refuse pas: profiter de quelques jours au soleil niçois quand Paris est sous les orages, je crois qu’il y a plus difficile comme conditions et surtout quand ça donne l’occasion d’aller assister à un concert phénoménal de U2… alors, là, je ne regrette pas du tout d’avoir poser ces quelques jours de congés et d’avoir pris ce vol !

Nice

Nice

Ca n’étonnera personne si je dis que c’était un déchirement de devoir prendre un avion me ramenant vers la grisaille francilienne : dire que 1 heure avant mon enregistrement je me trouvais encore dans la piscine sous un soleil de plomb et qu’à peine 1h30 de vol plus tard l’airbus A321 s’est posé sur la piste d’Orly sous la pluie…. ça fait mal !

Quitte à revenir en région parisienne, il fallait bien en profiter, et après un vendredi soir plutôt dédié au repos et à la tranquillité, le samedi m’a permis de reprendre mes habitudes, en enchainant repas au restaurant, une petite séance de repos sur l’herbe du Parc Montsouris avec quelques journaux et surtout la possibilité d’aller faire un tour du côté de la Cité Universitaire Internationale où se déroulait, dans le cadre de Paris Quartier d’été, une représentation de cirque : l’occasion d’aller les voir les performances de Autres Pistes mises en places par Kitsou Dubois, un ensemble de performance de trapèze, de mât chinois, de contre-mât ou de portées très artistiques, douces et poétiques… un vrai régal pour les yeux et une vrai prouesse aussi bien sur le plans techniques, physiques que sur le plan artistique.

Après une bonne nuit et surtoutun sympathique petit déjeuner entre amis, il ne rstait plus qu’à continuer ce dimanche en allant au cinéma : l’occasion de retourner voir le Very Bad Trip (The Hangover en VO) de Todd Phillips : c’est dire si ce film est bon, c’est la comédie de ce début d’été : à ne pas louper !

Il ne me reste plus qu’à partir passer une semaine en déplacement dans les Vosges, avant d’être à nouveau en congés: je vais bien réussir à survivre, normalement….


Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ca va viendre

mardi 7 juillet 2009

Si j’ai le tempes demain, je promets de m’attaquer à un billet qui parlera de ma visite à l’exposition Une image peut en cacher une autre au Grand Palais du week-end dernier, des mes visionage de Coraline et de Very Bad Trip, de mon concert de Nine Inch Nails de ce soir au Zénith, de mon déplacement de demain à Lyon et peut-être de la soirée qui va s’en suivre….

Enfin, tout ça si j’ai le temps….

D’ici là, il va être l’heure d’affronter la pluie et les embouteillages sur la route avant de rejoindre le concert !


Tags : , , , , , , , , ,

Erase et reward

mercredi 24 juin 2009

Non, je ne t’ai pas oublié, ami lecteur…. j’ai juste beaucoup de mal à finaliser ce que je commence en ce moment….
Je vai donc laisser tomber les différents brouillons en cours, abandonner l’idée de parler de Looking for Eric, de parler de Los abrazos rotos (ou Etreintes Brisées en VF), de parler de la sortie française de Mr Lucky, le nouvel album de Chris Isaak, de mes sorties, du dernier spectalce des Impromptus de la Joue qui a été très bon, de mes déplacements, de mon potentiel futur départ pour la Bourgogne, des mises à jour au firmware 3.0, de la connerie d’avoir updaté ABikeNow,… enfin de tout ça…..

Alors à défaut de parler de ce qui est passé, autant parler de ce qui va venir et dans un futur proche, ce qui arrive est essentiellement musical : La Gargote, Me & My Penguins, Nine Inch Nails, Solidays 2009

Me & My Penguins
Pour ceux qui sont disponibles ce soir, et qui ont envie de trainer dans le 19ème arrondissement parisien, il est toujours possible d’aller boire un verre à l’Abracadabar aux alentours de 20H30 et d’écouter par la même occasion la nouvelle prestation des Me and My Penguins qui viennent faire vibrer le 19ème.
Et si je dis que j’y vais, c’est que forcément, ça ne peut être que bien…. et en plus c’est le dernier concert parisien de la saison, il faudra attendre la session marseillaise d’octobre pour les revoir ensuite !

Abracadabar
123, Avenue Jean Jaurès
75019 PARIS

Et après un petit peu de rock à tendance belge et débridée pourquoi ne pas changer de style, et aller voir le nouveau concert parisien de La Gargote ?

La Gargote à La Dame de Canton

Eh oui, La Gargote investit la scène remuante de la Dame de Canton le 30 Juin prochain, toujours dans le cadre de des tournées de leur second opus.
C’est forcément du bon, y’a pas de question à se poser !

La Dame de Canton
Port de la gare
75013 PARIS

Et après tout cet amateurisme, heureusement qu’il va y avoir Nine Inch Nails au Zenith et Solidays le week-end prochain

Et sur ce, à ce soir pour ceux qui viendront trainer du côté de l’Abracadabar à 20H30….


Tags : , , , , , , , , , ,

You don’t fuckin’ know what you are

jeudi 20 septembre 2007

Quelques discussions eues dernièrement à propos de moi ou de ce blog m’ont ramené à une réflexion que j’avais déjà fait il y a déjà quelques mois.
Pour comprendre ce que je veux dire :

Lire entre les lignes ne suffit plus, il faut commencer à lire entre les interlignes

Et c’est vraiment de plus en plus ça : les choses vraiment sérieuses sont évoquées en sous couvert d’information anodines alors que les plus énormes élucubrations sont ici rédigées avec un sérieux qui me ferait moi-même frémir si je n’en étais pas déjà l’auteur.

Je suis bien plus complexe qu’il ne peux y paraitre, les diverses images que les gens peuvent avoir de moi (comme tout à chacun, en fait, je ne suis pas si différent des autres) sont souvent plus ou moins morcelées, et même si je ne cherche pas à bâtir une image ou à donner une impression de ce que ou de qui je suis, il est indéniable que chacun me perçoit à sa manière, à sa façon, avec son propre ressenti, ses propres expériences,…

Parfois au milieu de toutes images comme autant de fragments de moi, certains peuvent découvrir ce que je suis, certains prennent le temps de vouloir savoir qui je suis, mais même comme ça, les à-priori restent encore légion…. comme je ne suis qu’un humain, et que je ne suis pas si facile à comprendre !


Michel Berger – Pour me comprendre

(Eh oui, je suis fourbe, malgré un titre issu d’une chanson de Nine Inch Nails, c’est du Michel Berger que je met, mais bon, ça collait bien mieux….)


Tags : , , , , ,

Plante ton clou

vendredi 23 février 2007

Nine Inch Nails à l'Olympia
Fou que je suis, j’accepte souvent d’aller d’aller à des concerts un peu à l’aveuglette (c’est toujours mieux que d’y faire la sourde oreille, quand même…), et hier encore ce fut le cas, il faut bien l’avouer
Après avoir suivi les conseils de Thibaut et avoir découvert Nine Inch Nails avec l’album With Teeth, voila que je me met à nouveau à suivre ses conseils et l’accompagner à un concert de ces même Nine Inch Nails qui avait lieu à l’Olympia.

En première partie, on a pu commencer avec le découverte de Popo (dont, j’ai loupé le début, étant parti faire pipi….), un groupe péchu, motivé et entraînant qui ont occuper la scène pendant près de 30 minutes, et 30 minutes de Popo, ça commence à faire long, on approche de la constipation…. bon, allez, j’arrête là avec les vannes de merdes pour me consacrer pleinement à ce billet.

Après cette première partie popotesque, retour de la lumière pendant une vingtaine de minutes le temps de préparer la scène avant le retour de l’obscurité, dans une atmosphère de musique électro.
Et là, d’un coup d’un seul, tout soudain la musique arrive, forte, puissante, prenante, la lumière fut et le groupe était là, sur scène, et Trent Reznor entama son show.
Je dois bien avouer une petite appréhension : j’ai beaucoup écouté With Teeth (qui est resté très longtemps dans le changeur de CD de ma voiture, c’est dire…, je me suis mis il y a peu à écouter le double album The Fragile, mais ça laissait beaucoup de trous dans la discographie du groupe : il n’est jamais évident d’aller se faire un concert sans trop connaître ce sur quoi on risque de tomber.
Alors, bien sur, ce que j’avais pu en entendre jusqu’à présent me confortait dans l’idée que je n’allais pas être déçu, mais le doute est toujours permis.
Le doute était permis, mais inutile finalement.
J’ai tranquillement démarré le concert avec mes protection auditives dans les oreilles, protection que j’ai viré au moment où Trent interprétait Fragile seul avec un piano : sans mes bouchons, il était plus simple de profiter de la qualité de cette chanson.Libérer mes oreilles fut, de plus une grande idée, le son proposé par le groupe à l’Olympia était tout simplement parfait : pas de bouilli sonore, les instruments se démarquaient tous correctement : le son était clair, net…. un vrai bonheur.
J’ai alors pu me laisser porter par l’ensemble des titres plus ou moins rythmés, plus ou moins bourrins ou plus ou moins calme (genre, Hurt, par exemple….
J’ai bu me laisser porter par l’intensité des chansons, l’intensité des interprétation de Trent Reznor, me laisser porter par les mélodies, les rythmes, me laisser emporter par la titres plus musclés, façon Don’t you know what you areSeul petit regret, j’aurais vraiment aimé avoir une interprétation live de All the love in the world (bah oui, je suis fan de cette chanson, c’est mon droit, quoi, merde….)C’est bien le seul regret relatif à ce concert : près d’1h40 de musique que je n’ai pas vu passer : un tel concert de Nine Inch Nails, j’adore !Et pour finir, rien que parce que j’ai vraiment aimé cette interprétation, je met un vidéo de Hurt prise au concert de la veille à l’Olympia :

Et pour info, la set-list du concert :


– Pinion
– Wish
– Collector
– Heresy
– Terrible lie
– Piggy
– Closer
– The becoming
– No you dont
– Deep
– Help me I am in hell
– Eraser
– Reptile
– The fragile (still)
– Only
– You know what you are
– Suck
– Gave up
– Hurt
– The hand that feeds
– Head like a hole


Tags : , , , , , , , ,

Va te couper les ongles

samedi 7 mai 2005

NinJ’ai suivi les conseils de mon ami Ash, et j’ai décidé, moi aussi d’écouter le dernier opus des Nine Inch Nails. Je ne suis pas très au fait de leur discographie, mais j’avais tout de même eu l’occasion d’en écouter quelques titres par le passé (surtout à l’époque du premier album, dois-je dire).
Donc, me voila à écouter With Teeth, l’album en question.
D’entrée je fus séduit par "All the love in the world", une superbe ballade, poignante sans être mièvre faisant ressortir une détresse et des sentiments puissants.
L’album se poursuit ensuite par une montée en puissance des titres, plus péchus, plus poussés, mais conservant toujours ce souffle, ce potentiel à faire ressortir les émotions.
On reconnait au travers de cet album, le potentiel de Trent Reznor, mais aussi on y sent aussi la patte du producteur Rick Rubbin.

Alors, même si je suis moins fan que Ash, j’ai aimé cet album, qui sait aussi bien me faire bouger les fesses que faire mon bouger "l’intérieur".


Tags : , , , ,