L’homme solitaire

Découvert sur l’album San Fransisco Days,qui reste, d’ailleurs pour moi, un des meilleurs opus du surfeur/chanteur/crooner californien, peut-être aussi parce qu’est le premier album que je me sois acheté de lui, allez savoir….
Découvert sur San Fransisco Days de Chris Isaak, disais-je avant de m’auto-perturber en rentrant dans un aparté inutile, la chanson Solitary Man, m’avait tout de suite plu. Peut-être était-ce la mélodie, peut-être étaient-ce les paroles, peut-être était-ce un ensemble des 2, je ne saurais le dire maintenant, mais un chose est certaine le thème me plaisait.

Ce n’est que bien plus tard que je me suis rendu compte que cette composition n’était pas l’oeuvre de l’ami Chris, mais qu’il s’agissait en réalité d’un titre du grand Neil Diamond (pas de la merde non plus, hein, faut bien le dire…, et qu’en plus d’avoir été reprise sur San Fransisco Days, la chanson avait aussi été interpretée par Johnny Cash.
Ca commence à en faire du monde, mais ça ne s’arrête pas là, c’est le groupe H.I.M. qui est ensuite entré dans la danse, non content d’avoir déjà fait une reprise punchy de Wicked Game du sus-cité Chris Isaak, les finlandais de H.I.M. ont aussi mis Solitary Man à leur compte.

A tout seigneur, tout honneur, prenons le temps de nos pencher sur la version originale de Neil Diamond composée en 1966 qui possède déjà tout ce qui m’a ensuite plu dans la chanson, mais qui accuse aussi un peu son age et qui use bien des cuivres…Vient ensuite (bien évidemment) la version de Chris Isaak, une version de 1993 qui reprend l’essence de l’originale en l’épurant quelque peu de ces cuivres qui sont alors remplacés par de très légères touches d’orgue (de l’Hammond B3, d’ailleurs sur cet album)Au tour de la version country, et là, forcément, pour ce style il faut le pape, à savoir Johnny Cash. Là, pas de surprise, les cuivres sont complètement déhors, ne restent plus que les guitares pour donner la touche country sur ce titre paru en 2000 au sein de l’album American 3 – Solitary Man (Bon, là, c’est Johnny Cash qui accuse son age)Et enfin, il reste la version des jeunes excités finlandais de H.I.M. qui on mis cet album sur leur album And Love Said No, leur best of paru en 2004.
Là, pas grand chose à dire, c’est une revisite complète du titre qui passe de la ballade simple et mélancolique à la ballade de groupe de métal nordique, donc…Et il y a même la version vidéo de l’interpretation de Chris Isaak (à trop faire de clips avec des Helena Christensen ou Laetitia Casta qui se déshabillent et à chaque fois sous la direction de Herb Ritts, il fallait bien qu’il finisse par craquer et se laisse aller…:

Chris Isaak – Solitary Man

Belinda was mine till the time that I found her,
Holding Jim, loving him.
Sue came along loved me strong that’s what I thought,
Me and Sue, that died too.

Don’t know if I will but until I can find me,
Girl who will stay and won’t play games behind me.
I’ll be what I am.
Solitary man.
Solitary man.

I had it to here being where love’s a small word,
Paper ring, part-time thing.
I know it’s been done having one girl who loves you,
Right or wrong, weak or strong.

Don’t know if I will but until I can find me,
Girl who will stay and won’t play games behind me.
I’ll be what I am.
Solitary man.
Solitary man.

Don’t know if I will but until I can find me,
Girl who will stay and won’t play games behind me,
I’ll be what I am.
Solitary man.
Solitary man.
Solitary man……….

Neil Diamond – Solitary Man

Au final, ça en fait du monde, pour des solitaires…


Tags : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.