Le symbole de mon individualité et de ma liberté personnelle

jeudi 29 janvier 2009

Houla, il m’en a fallu de efforts pour retrouver le chemin des billets sous toute cette poussière accumulée depuis le temps que je n’étais pour rentré ici…

Anniversaire à Lyon

C’est pas tout ça, mais maintenant que j’ai fait un peu de ménage, autant en profiter pour déblatérer quelque peu, puisque me voila de retour chez moi après quelques jours de déplacement du côté de Lyon.
Pour être franc (tiens, d’ailleurs, on devrait peut-être dire Euro maintenant, non ?), ce déplacement était surtout une bonne occasion de passer une ou deux soirées sur Lyon un peu tranquillement.
Si, côté boulot, ça aurait mieux se passer et être plus détendu, j’ai au moins eu l’occasion de dignement fêter mon anniversaire dans une bonne ambiance.

Anniversaire à Lyon

Déjà, profiter de la soirée du jour J pour pouvoir voir quelques lyonnais et passer une petite soirée avec eux était déjà  une bonne idée, mais quand en plus on trouve le moyen de choisir un restau spécial « éclatage de ventre » c’est encore mieux. Encore merci à vous pour la soirée, j’ai passé un véritable bon moment et en plus j’ai très bien mangé… par contre, je crois que pour aller boire un verre au St Louis, on y est allé 10 ans trop tôt, même si les cocktails sont bon et le côté piano/bar très sympa !

Anniversaire à Lyon

Tant qu’à être à Lyon et vouloir partager ma détresse de prendre un an de plus, on en a profiter pour faire un détour par notre agence locale avec les munitions de rigueur : encore une bonne occasion de boire un verre en discutant…. un principe de base qui a étrangement dérivé : partant du « Bon, les gars je bois un verre et je pars, je peux pas rester ce soir » et qui a fini en refaisant le monde et la société jusqu’à 2h. donc une soirée comme je les aime : improvisée, à discuter franchement, à donner ses avis et surtout à bien rire.
Résultat, la nuit fut très courte, le réveil très difficile, mais tout ça sans aucun regret, surtout qu’au cours de la soirée j’ai surtout eu l’occasion de discuter et de dire que je comptais demander à me faire transférer sur Lyon et d’apprendre que j’y étais plus qu’attendu : et ça, ça fait vraiment plaisir !

Anniversaire à Lyon

C’est bien beau de se replonger dans les souvenirs des derniers jours, mais je crois surtout que je vais me plonger dans le très bon Wild at Heart de David Lynch, et je ne dis pas ça seulement à cause de la B.O., hein !

Dans Wild at Heart, je préfère quand même la version instrumentale de Blue Spanish Sky, même si elle est bien moins connue que Wicked Game.

La Boucherie d’Antoine Lecuyer
8 Rue Marronniers
69002 LYON


Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Il a l’air bien votre métier…

jeudi 17 avril 2008

Il a l’air bien votre métier…


Tags : , , , , ,

Sympathoche

lundi 17 mars 2008

Je sais, je suis un fou dedans ma tête, mais c’est comme ça, dès que je peux démarrer une semaine en étant certain d’être fatigué pour les jours à venir, je saute sur l’occasion….
Et quand la St Patrick tombe un lundi, voila une bonne raison de bien commencer la semaine !

Alors, tant qu’à faire, je vais commencer à me ruiner le reste de la semaine, dès ce soir, dans un pub parisien…

Avis à ceux qui seraient intéressés par l’idée d’une sortie SaintPathique en ce lundi, rejoignez nous pour une soirée en hommage au célèbre évangélisateur de l’Irlande…
D’ailleurs les Pogues lui disent merci…


The Pogues – Dirty Old Town

Une St Patrick qui tombe en même temps que la journée mondiale du sommeil…. y’a pas à dire, ça la fout mal !


Tags : , , , , , , ,

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark…

samedi 27 octobre 2007

– – Attention, ami lecteur, tu entre ici dans la zone d’un long billet encore plus chiant que d’habitude sur une semaine de ma vie, en vrac : te voila prévenu – –

Horsens
…enfin c’est ce que Shakespeare mettais comme phrase dans le bouche Marcellius alors qu’il s’adressait à Horatio
N’étant ni Hamlet, ni Horatio, ni Marcellius, ce n’est pas du tout l’impression que j’ai après cette semaine de déplacement danois !

Comme d’habitude, ça partait plutôt mal, il faut dire que j’ai l’impression qu’entre les aéroports et moi il y a comme un problème, même quand tout va bien, ça finit par aller mal.

Ayant pris le temps d’arriver en avance, pour une fois, je me heurte tout d’abord à un petit souci de compréhension : mettre l’enregistrement et l’embarquement dans deux terminaux différents avait déjà de quoi me laisser perplexe, mais après avoir fini par saisir ce que l’esprit perturbé à l’origine de ce bordel avait en tête, je me suis dit que j’avais autant utiliser les bornes d’enregistrement automatique pour gagner du temps….
Saine et sage décision s’il en est, sauf quand, comble de malchance, la-dite machine se met en défaut après avoir validé mon enregistrement mais ans avoir sorti le billet d’embarquement !
C’est alors avec un air un peu con et le regard perdu que j’ai fini par me dire

Qu’à cela ne tienne, je vais aller voir au guichet de British Airways (vu que pour le coup, c’est avec British Airways que je voyageais, c’est pas juste pour le plaisir de voir leurs uniformes… ) pour régler ce problème…

C’est donc plein de confiance que je vais voir les 2 hôtesses au sol, qui ayant compris mon problème décident d’imprimer elles-même ce billet, et là, juste histoire de me rendre un peu plus stressé, cette imprimante décide à son tour d’être capricieuse…
A ce stade de l’histoire, on peut raisonnablement dire que le sort s’acharne, et qu’on veut m’éviter le Danemark !

C’est alors que prenant mon courage à deux mains et mes affaires des deux autres, je me décide à affronter mon destin et la longue file d’attente présente devant le guichet d’enregistrement en espérant de pas y passer trop de temps et ne pas louper mon avion.
C’est à ce moment que ma chance est revenue (je me demande, d’ailleurs bien où elle va se balader parfois, elle), sous les traits de l’une des hôtesse qui a prévenu le guichet de mon arrivé et de me faire passer en priorité, me permettant alors de me rendre à l’embarquement sans perdre plus de temps, sauf celui d’avoir à traverser 2 terminaux, je le rappelle pour les lecteurs à la mémoire courte qui auraient déjà oublié ce dont je parlais au début de ce billet !

Tant qu’à avoir de un retour de chance, alors même que je patientais dans le bus devant m’amener du terminal à l’avion, je suis tombé (sans me faire mal, je te rassure, ami lecteur) sur deux têtes connues : Deux collègues techniciens qui partaient pour la même destination et avec qui j’ai pu passer la semaine.

Le vol vers Billund avait quelquechose d’un peu amusant, en cette période de livraison de l’A380, des images de son premier vol commercial, voyager dans un Dornier 328-300 avec à peine 32 places à bord et encore, il n’était même pas plein, donnait une sensation de décalage : certes, le confort est tout autre que dans l’A380, mais pour le coup, à 20 personnes, on est certain d’avoir les attentions du personne de bord.
Toutefois, les vols vers le Danemark ont ceci de particulier, que même lors du petit-déjeuner à bord, en plus du café, du jus de fruits, et de toutes les choses à manger il y a aussi et surtout un verre d’alcool de proposé : pour bien commencer la journée, y’a pas mieux !

Une fois, sur place, la semaine s’est déroulé très tranquillement, puisque même s’il y a quelquechose de pourri en ce royaume, ça n’est surement pas leurs horaires de travail : finir tous les jours à 16h laisse largement le temps de se reposer, d’aller se balader, de découvrir la petite ville de Horsens où nous logions.
Je suis vraiment très friand de ce petit plaisir qu’est la plongé au coeur de la vie normale d’un pays étranger, de pouvoir prendre le temps de se mêler de voir comment les gens vivent, de se laisser porter par les rues, par les personnes, de rentrer dans les supermarchés pour voir à quoi ressemblent leur vie quotidienne, et surtout pour avoir un aperçu de leur niveau de vie.
Fort heureusement, mes journées ne se sont pas seulement limiter à quelques heures de formation, un peu de balades et un restaurant avec mes collègues, j’ai aussi eu l’occasion, en sympathisant avec mon stagiaire, de me faire une petite sortie en fin de semaine.

Frustré que j’étais par le peu de tourisme que j’avais pu faire en Norvège, j’avais envie de bouger un peu, et pour le coup, il m’a été proposé de partir un bord de mer pour voir la plage, un port et marcher un peu au bord de l’eau : forcément, je ne pouvais pas résister à une telle proposition, surtout en sachant que ce voyage se ferait aussi avec la famille de mon stagiaire, d’autant plus flatteur de savoir qu’il voulait me présenter sa femme et ses enfants.

Rien de tel pour bien finir une semaine de formation danoise, surtout en considérant que la dernière nuit d’hôtel allait aussi me réserver quelques surprises histoire de finir « en beauté » : alors même que je profitais de mon piratage de Wifi à l’hôtel tout en laissant vaguement une oreille trainer sur la série danoise qui passait à la télévision : la lumière s’est soudain éteinte, la télévision a fait de même : me voila bêtement dans une chambre sans électricité… pas grave me dis-je, je vais en profiter pour aller me coucher et d’ici demain, ils auront pensé à remettre le fusible : une chose est certaine, il ne faut jamais être trop confiant ou trop présomptueux, ou alors on finit par devoir prendre sa douche sans lumière (entre autre) et là, c’est con !

Heureusement que pour compenser ce dernier aléa dans ma semaine d’hôtel, nous avons eu le plaisir de recevoir lors de notre enregistrement à l’aéroport un accès pour le business lounge et son open bar : pour occuper les presque deux heures d’attente, hormis un tour rapide dans les boutiques et spécialement la boutique LEGO, il n’y avait pas grand chose d’autre à faire que de profiter de ce lounge et de gouter quelques vins…. c’est le gros avantage de l’avion, on a pas à piloter nous-même, on peut donc boire tranquillement et ça laisse la possibilité de prendre le temps de lire, j’ai donc pu en profiter pour finir L’amour dure 3 ans de Frederic Beigbeder.

En tout cas, pas mécontent d’être de retour en France !

Horsens
Horsens
A la plage
A la plage


Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nouveaux Ans…

dimanche 14 janvier 2007

Cocktail au Pure Café

Moins de 2 semaines après avoir passé une soirée de réveillon comme tout à chacun pour fêter l’arrivée de l’année 2007, il était temps de remettre ça hier…
Quelle drôle d’idée, dois-tu te dire, ami lecteur, et je dois bien avouer que de prime abord, ça peut étonner.
Plus sérieusement, il s’agissait d’aller fêter le passage au nouvel an russe, une idée de soirée qui m’avait été proposé par Julie et c’est bien une proposition que je ne pouvais refuser.

Première étape de la soirée, commencer par un petit apéro tranquille dans un bar pour se retrouver avant de finir au restaurant.
Le bar choisi fut le Pure Café, un lieu simple, sympathique qui propose, en plus de la partie bar, un restaurant orienté world-food et dont une rapide lecture de la carte m’incite à aller essayer leur nourriture la prochaine fois. S’ils s’en sortent aussi bien sur les repas que sur les préparations de Schtroumpfs, ça peut être intéressant.

Après la mise en condition avec un petit verre et surtout avoir pris le temps pour chacun de commencer à découvrir avec qui la soirée aller se dérouler, il était quand même temps de se rendre sur le lieu des festivités. Nous voila donc parti pour un petit restaurant de cuisine russe situé dans le XIème arrondissement le Série Limithée (comment ça, ça fait pas très russe comme nom ?).
Un petit restaurant, très simple, très convivial, très familial même, le lieu étant tenu par 2 soeurs dont l’une fait la cuisine, une cuisine issue de multiples influences apprises lors de son séjour en Russie.
Multiples influences qui se ressentaient indéniablement dans le menu proposé pour la soirée, une menu qui ressemblait à une invitation aux voyage en Europe de l’Est, les différents plats proposés venant aussi bien de Russie, de Géorgie que d’Arménie… entre autres. J’éviterai quand même de m’étendre sur les plats consommés ayant un peu de mal à retenir les différents noms, et non ce n’est pas la vodka offerte pour le passage à la nouvelle année qui est la cause de cet état de fait.
Une ambiance conviviale, une nourriture intéressante d’une part, mais aussi et surtout très bonne : la soirée fut bonne, et cela me donne envie d’y retourner pour une soirée normale.

Si le restaurant, son ambiance, ses plats, son style ont fait beaucoup dans la réussite de la soirée, ce n’est pas tout, notre table, réduite, mais fort sympathique a aussi largement participé au fait que cette soirée me laisse un excellent souvenir, même si parfois je me dis que je dois faire peur lors d’une première rencontre, surtout si je me lache, mais là ça mériterait presque un billet à part entière, je me contenterai d’arrêter là et de vous dire à tous :

C NOVIM GODOM
С Новыйм Годом всё

Pure Café
14 Rue Jean Macé
75011 Paris
M° Charonne

Série Limithée
24 rue Trousseau
75011 Paris
M° Ledru-Rollin


Tags : , , ,

Chargé comme une langue

dimanche 3 juillet 2005

Chargé comme une langue


Tags : , , , , ,